Qui achète les excuses d'externalisation de Microsoft?

On pourrait penser que la profonde récession dans l'industrie informatique et les dizaines de milliers de licenciements qui en résultent satisferaient même les compteurs de haricots les plus parcimonieux - mais ce n'est pas le cas. Alors que les techniciens américains au chômage apprennent à inverser les hamburgers, les affaires sont en plein essor pour les deux plus grandes sociétés d'externalisation de l'Inde - Tata Consultancy Services et Infosys - qui viennent de publier leurs meilleurs trimestres depuis le début de la récession. Les deux ont également annoncé qu'ils embauchaient des milliers de travailleurs.

L'une des entreprises contribuant à canaliser les liquidités et les emplois à travers le monde est Microsoft, qui a récemment annoncé qu'Infosys reprendra une large partie de ses opérations informatiques internes au cours des trois prochaines années. C'est vrai - la plus grande société de logiciels au monde, qui a licencié des milliers d'employés, ne mangera même pas sa propre nourriture pour chiens, préférant plutôt laisser quelqu'un d'autre lutter contre les complexités de Windows Server et Windows 7.

[Windows 7 fait d'énormes percées dans l'informatique d'entreprise. Mais avec cela, de nouvelles menaces de sécurité et de nouvelles méthodes de sécurité viennent. Les contributeurs experts de vous montrent comment sécuriser le nouveau système d'exploitation dans le guide PDF «Windows 7 Security Deep Dive». ]

Je ne veux certainement pas un emploi aux travailleurs indiens; comme nous, ils veulent nourrir leur famille et mener une vie décente. Mais comment l'économie américaine se redressera-t-elle un jour si nos plus grandes entreprises choisissent de grossir leurs marges au détriment de la main-d'œuvre et des fournisseurs nationaux?

Infosys se prépare à prendre encore plus d'emplois aux États-Unis

Voici une partie d'un communiqué de presse d'Infosys annonçant l'accord qui est particulièrement révélateur: «Cet accord offre à Infosys une occasion unique de s'associer à Microsoft IT et d'acquérir une expertise approfondie et précoce dans la mise en œuvre et la gestion des dernières technologies Microsoft, et ainsi améliorer Les capacités d'Infosys pour aider d'autres clients à tirer parti de l'innovation de Microsoft et à adopter ces technologies. "

Traduction: L'accord de 100 millions de dollars avec Microsoft aidera Infosys à décrocher encore plus d'emplois en sous-traitance aux dépens des travailleurs américains. Parlez d'ajouter l'insulte à la blessure - et Infosys ne fait guère de mal.

Plus tôt ce mois-ci, Infosys a fait ce qu'une publication indienne a appelé "une déclaration percutante sur la reprise des affaires en prévoyant une croissance de 16 à 18% pour cet exercice, a accordé des hausses de salaire de 14% et a révélé des plans pour recruter 30 000 employés".

Le seul peu d'humour dans cette histoire est la déconfiture apparente de Microsoft à être présenté comme un sous-traitant. Il semble qu'Infosys était si heureux de remporter le contrat qu'il a craché un communiqué de presse qui a pris Microsoft au dépourvu.

Microsoft s'est empressé de constater qu'il externalisait ses services informatiques depuis un certain temps. Dans une déclaration à un rédacteur de ZDNet, la société a déclaré: "Il s'agit simplement d'une consolidation du travail qui était auparavant fourni par plusieurs fournisseurs à un seul fournisseur, Infosys. Microsoft a concentré ses efforts pour être plus efficace et économiser de l'argent. était un domaine majeur où il pouvait le faire. Ce nouveau contrat n'aura pas d'incidence sur les ressources internes. "

Je crois que l'un des autres fournisseurs était Hewlett-Packard. Dans tous les cas, s'il était temps de consolider ces services, Microsoft aurait pu confier le travail à une entreprise américaine ou même (haleter) gérer le travail en interne. Mais pourquoi penser à votre propre pays?

Au lieu de cela, Microsoft a coupé les têtes. Fin février, il a annoncé qu'il avait plus que respecté son plan d'il y a un an d'éliminer 5 000 postes d'ici la mi-juin 2010. Ce n'est pas que je m'inquiétais pour eux, mais il est bon de savoir que les dirigeants de Microsoft sortants sont bien pris en charge: le directeur financier Chris Liddell a reçu une indemnité de départ de près de 2 millions de dollars lorsqu'il a décidé de partir, selon les documents toujours intéressants de Microsoft auprès de la Securities and Exchange Commission. Quelle était votre indemnité de départ?

Il y a un peu plus d'un an, IBM a stupéfié le monde de la technologie en suggérant à ses milliers de travailleurs licenciés de prendre des emplois en Inde. L'annonce de l'externalisation de Microsoft n'est pas si grotesque, mais lorsqu'il s'agit de prendre soin de la main-d'œuvre, il semble que tous nos géants de la technologie sont à peu près les mêmes.

J'apprécie vos commentaires, conseils et suggestions. Postez-les ici pour que tous nos lecteurs puissent les partager, ou contactez-moi à [email protected]

Cet article, "Qui achète les excuses d'externalisation de Microsoft?", A été initialement publié par .com. En savoir plus sur le blog Bottom Line de Bill Snyder sur le site .com.