OpenOffice.org sous Oracle: toujours viable?

De nombreux ateliers informatiques, cherchant à réduire les dépenses en logiciels, ont envisagé d'abandonner Microsoft Office et de proposer une alternative gratuite ou presque gratuite. Après tout, la grande majorité des utilisateurs d'Office ne touchent jamais 90% des fonctionnalités - n'en ont pas besoin, ne les veulent pas, ne les comprennent pas et ne veulent pas apprendre. Alors pourquoi payer par le nez pour Office?

Jusqu'à très récemment, l'alternative claire à Office était OpenOffice.org, un projet open source lancé par Sun Microsystems qui couvre toutes les fonctionnalités dont la plupart des utilisateurs ont réellement besoin. Bien qu'il ne soit pas compatible à 100%, OpenOffice restitue presque toujours correctement les documents générés par Microsoft Office. C'est une solution raisonnable pour la majorité des utilisateurs d'Office - ceux qui n'ont pas besoin de graphiques Excel sophistiqués ou de documents Word complexes.

[Oracle a cherché à dissiper les inquiétudes de la communauté OpenOffice quant à son engagement envers la suite open source. | Tenez-vous au courant de l'actualité des applications métier grâce à la newsletter Technologie: Applications. ]

Mais c'était avant qu'Oracle ne s'empare de Sun et d'OpenOffice.org. Maintenant, les choses semblent un peu instables.

Les événements récents ont amené de nombreux ateliers informatiques à se demander si OpenOffice offre toujours une alternative fiable à la diffusion à prix élevé. Plus de quelques types d'entreprises qui parient leur réputation sur le passage à OpenOffice regardent la situation tourner de mal en pis. Pour comprendre ce qui se passe, il est utile de regarder l'histoire.

En 1999, Sun Microsystems a acheté un produit Office propriétaire appelé StarOffice auprès d'une société allemande. En 2000, Sun a transformé StarOffice en un projet open source, en le renommant OpenOffice.org (les restrictions de marque empêchaient Sun de simplement l'appeler OpenOffice). Les développeurs ont afflué vers le projet, savourant l'idée de créer une alternative open source à la vache à lait de Microsoft. La suite a progressivement amélioré sa compatibilité avec Microsoft Office et étendu son ensemble de fonctionnalités au point que la version 3.0, sortie en 2008, est devenue une alternative viable à Microsoft Office.

Au début, travailler avec le format de fichier ODF d'OpenOffice à partir d'Office était problématique, mais au fil des ans, cela est devenu beaucoup plus facile. Sun a publié un outil gratuit appelé Sun ODF Plugin pour Microsoft Office, qui a permis aux utilisateurs de Microsoft Office d'ouvrir des fichiers ODF dans Office 2003 et 2007 SP 1. Microsoft a ajouté une prise en charge native généralement fiable pour ouvrir et enregistrer des fichiers ODF de l'intérieur Office 2007 SP 2 et 2010.

Puis Oracle a acheté Sun en janvier, et les choses ont commencé à changer, y compris un gros problème que de nombreux utilisateurs d'OpenOffice ont remarqué: l'ancien plug-in Sun ODF a disparu. À sa place, Oracle a publié le plug-in Oracle ODF pour Microsoft Office et lui a imposé un prix de 90 $, avec une quantité de commande minimale de 100 unités - pas ce à quoi on pourrait s'attendre pour un produit open source conçu pour interagir avec Office.

Certaines des personnes associées à OpenOffice.org - dont beaucoup étaient des employés de Sun, puis d'Oracle - sont devenues nerveuses et ont formé en septembre un groupe indépendant appelé The Document Foundation. TDF a affirmé qu'il n'avait pas l'intention de bifurquer le code d'OpenOffice.org, mais qu'il allait néanmoins appeler sa version d'OpenOffice «LibreOffice».